Accueil » Publications » Le collège sensibilise les élèves à l’égalité fille/garçon

Le collège sensibilise les élèves à l’égalité fille/garçon

Théo Clerc avocat en droit public avocat en droit de l'éducation paris

Construire une culture juridique dans l’école, comprendre le droit, l’idée même du droit, c’est comprendre la société, le rôle de chacun en tant que citoyen. Tel est l’objectif de cette journée du droit organisé par les professeurs pour toutes les classes de 4e au collège George-Ville de Pont-Saint-Esprit. Un échange de deux heures était programmé dans chaque classe entre maître Théo Clerc, avocat au barreau de Paris, les enseignants et leurs élèves sur le thème de l’égalité fille/garçon.

Une première heure théorique durant laquelle le jeune avocat a questionné les élèves sur leurs préjugés et leurs ressentis. Ensuite, il a évoqué des thèmes comme le harcèlement, la discrimination avec les sanctions encourues et le recours possible si on est victime ou témoin de tels actes.

Aborder la pratique et l’ensemble de la classe a joué un faux procès, un processus, une discrimination salariale liée au sexe dans une société fictive où la femme salariée porte plainte contre la société qui l’emploie car elle est moins payée qu’un homme.

Les élèves étaient répartis en trois groupes : les juges, la défense et la demande ont cherché les preuves, les témoins, les textes de lois et préparer une plaidoirie.

Une prise de conscience

« C’est à l’école que les stéréotypes se créent et deviendront plus tard des discriminations. La présentation des métiers du droit par la tenue d’un faux procès préparé par les élèves est un bon moyen de sensibiliser aux discriminations fille/garçon et de lutter contre celles-ci », détaille l’avocat.

Une belle intervention de maître Clerc, un excellent esprit que Margaux Berthier, professeure à l’initiative de cette action, souligne : « Cet échange a été une réussite, une réelle motivation. Les élèves étaient impliqués et avaient de nombreuses questions. Attentifs et sensibles, ils se sont vraiment pris au jeu lors du procès. Les élèves ont pris conscience qu’ils peuvent agir contre ces discriminations qui sont graves et peuvent avoir de lourdes sanctions mêmes pour les mineurs. »

Pour certains, cela a même permis une évolution du regard porté sur les autres.